Assistance en ligne :

+84 982 110 556
PDF
Print

Un label vert pour les services de tourisme

Afin de promouvoir un tourisme durable et responsable, le ministère de la Culture, du Sport et du Tourisme continue à rendre public cette année les critères du Label vert des services de tourisme, une année après ceux du label «Lotus vert» pour l’hôtellerie.
 
Le restaurant Bamboo Wing de Flamingo Dai Lai Resort. Photo :  Mai Huong/CVN


Élaborés par l’Administration nationale du tourisme avec le concours de l’Agence espagnole de coopération internationale pour le développement (AECID), les critères du Label vert concernent quatre catégories de service que sont les restaurants, les boutiques de souvenir, les lieux d’accueil et de loisirs, ainsi que les sites touristiques. Le Département de l’hôtellerie de l’Administration nationale du tourisme a été chargé d’éditer un guide comprenant deux parties, l’une sur les critères d’obtention du Label vert, et l’autre sur le processus d’évaluation et de délivrance de ce label.

«Il s’agit d’un document de base pour les investisseurs, les gestionnaires et les employés de faire de leur établissement touristique une destination écologique. La délivrance de ce label vert repose sur l’emploi efficient des ressources naturelles et de l’énergie, une contribution à la préservation des patrimoines et au développement socioéconomique et culturel des localités, ainsi que sur la promotion du tourisme durable», a indiqué Lê Mai Khanh, chef du Département de l’hôtellerie.

Pour obtenir ce label, les boutiques de souvenir doivent satisfaire à 72 critères, les restaurants, à 85, les lieux d’accueil et de loisirs, à 168 critères, et les sites touristiques, à 174 critères.

«La délivrance de ce +Label vert+, qui a déjà lieu dans de nombreux pays du monde entier sous la forme d’+Étiquette écologique+ ou d’+Étiquette du tourisme durable+, s’est avérée effective dans la protection de l’environnement, et plus particulièrement pour un développement durable du tourisme», a souligné le président de l’Association de l’hôtellerie du Vietnam, Dô Xuân Hông.

En avril 2012, le ministère de la Culture, du Sport et du Tourisme a rendu public les critères du label «Lotus vert» qui fait l'éloge de la qualité de la gestion et de la protection de l’environnement de l’hôtellerie.

L'hôtel Caravelle à Hô Chi Minh-Ville. Photo : CTV/CVN


Plus de 30 établissements l’ont obtenu depuis, et il peut être considéré comme un succès auprès des européens et américains, puisque selon un sondage réalisé dans ces régions, les lieux hébergements titulaires de ce label écologique sont privilégiés par les touristes malgré leur coût plus élevé.

En outre, «ce label +Lotus vert+ a permis aux établissements concernés d’économiser 10% d’eau et 30% d’électricité», a souligné Mme Quynh Nga, responsable de ce programme.

Selon l’Administration nationale du tourisme, un nombre croissant de fournisseurs d’hébergements prend conscience de l'importance de vivre en harmonie avec la nature. Leurs efforts pour réduire l’impact environnemental de leurs activités sont observables dans leur gestion de l'eau potable et des eaux usées, du tri et du recyclage des déchets, ainsi que par l’emploi de détergents biodégradables.

Ainsi, l’application des critères du Label vert et du Lotus vert aide les fournisseurs touristiques à renforcer l’efficience dans l’utilisation des ressources naturelles, la protection de l’environnement et dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Duy Minh/CVN

 ( Le Courrier du Vietnam )